Acheter sa Pharmacie et l’équiper

Création & acquisition

Le risque de création doit pouvoir être apprécié dans l’étude du dossier (notamment en zone rurale) grâce aux informations relatives à la zone de chalandise (nombre d’habitants, concurrence…). L’accord reste subordonné à l’obtention de l’autorisation de création délivrée par la DDASS.
Le contexte de reprise doit être soigneusement étudié (première installation ? Affaire en déclin ? Mutations dans l’environnement ?…).
L’apport du repreneur doit être considéré au cas par cas, en prenant bien compte du contexte global. Une implication financière minimale est indispensable mais difficilement chiffrable dans l’absolu.

Estimation du prix de l’officine

Après 4 années de stabilité apparente à 88% (moyenne qui masquait de fortes disparités), le prix de cession moyen au niveau national reprend sa progression en 2006 pour atteindre 90% du CA TTC.
Le prix de cession moyen, en valeur, s’établit à 1,3 ME environ, avec 2/3 des transactions situées entre 400 KE et 1,6 ME.
Une pharmacie se vend entre 4,5 et 8 fois l’excédent brut d’exploitation reconstitué (coefficient résultant de l’analyse du marché). La valeur raisonnable d’une officine se situe à un ratio inférieur à 5,5 à 6 fois l’EBE.
Le niveau d’intervention ne doit pas dépasser 100% du prix de cession. Au-delà, toute intervention doit reposer sur des éléments patrimoniaux forts et/ou des garanties spécifiques. Dans tous les cas, le niveau de financement ne doit pas remettre en cause l’équilibre financier de l’officine.
Pour apprécier le potentiel de rentabilité d’une officine, il est nécessaire d’obtenir la ventilation du chiffre d’affaires par taux de TVA (produits vignetés, produits conseil ou OTC et parapharmacie).
Les pharmacies de centres commerciaux sont généralement les mieux valorisées, du fait du niveau de CA important qu’elles atteignent et de la MB qu’elles dégagent.
Les officines de quartier restent les moins valorisées.

Equipement

  • Equipement informatique (70% des officines équipées)
  • Rayonnages et présentoirs divers : environ 60 KE.
  • Stocks : 8 à 12% du chiffre d’affaires.
  • La surface moyenne est de 70 à 90 m².

A noter, de plus en plus d’officines s’équipent d’un automate ou robot permettant la préparation des commandes plus rapidement mais également l’optimisation des surfaces difficilement accessibles. Cet investissement est de l’ordre de 100 à 200 KE.