Nombre et statistiques des pharmacies en France

Le système français est fondé sur un monopole, avec un numerus clausus limitant l’accès aux études et à l’installation. Ce numerus a été fixé à 2990 pour 2007.

Nombre de pharmacies françaises en 2006

Le Conseil Nationale de l’Ordre des Pharmaciens recensait 72.322 professionnels en activité inscrits sur ses tableaux, dont 28.194 titulaires d’officines. L’âge moyen des titulaires d’officines est de 48 ans, 54% sont des femmes. La France compte par ailleurs 22.561 officines de pharmacie, avec des densités élevées dans le Limousin (1 officine / 2080 hab.) et l’Auvergne (1 / 2228 hab.), suivis de près par l’Aquitaine

La plus faible densité reste celle de l’Alsace, du fait d’un numerus clausus spécifique, limité à 1 officine pour 3500 hab. On y observe en moyenne une officine pour 4000 hab. La moyenne nationale est d’une officine / 2.695 hab. et d’un pharmacien d’officine (titulaire ou adjoint) pour 1138 hab. A noter, on observe une densité plus élevée avec l’âge de la population (60 ans et plus), du fait d’un niveau de prescription supérieur. En 2006, 1971 mutations ont été observées (cession de fonds ou de parts), soit 8,7% du nombre total d’officines.

Evolution du nombre de pharmacies en france depuis 2006

Le nombre de pharmacies a atteint son maximum en 2001. Depuis lors, il a légèrement diminué (- 0,74%), pour s’établir à 23 162 officines.

Le nombre de pharmaciens, titulaires ou salariés (pharmaciens « adjoints »), exerçant en officine ontinue de progresser pour atteindre 54 380.

L’âge moyen des pharmaciens s’élève régulièrement et cette évolution démographique va générer des besoins forts dans les prochaines années. Les formations et études pour devenir pharmaciens seront donc de plus en plus prisées.

Les femmes sont devenues majoritaires parmi les diplômés en pharmacie. Au 1er janvier 2007, la profession comptait 65,5 % de femmes, contre 55 % en 1980. Les femmes sont plus jeunes que leurs confrères masculins (44 ans contre 47 ans en moyenne).

La répartition sur le territoire français évolue peu.. Les densités de pharmaciens varient de 65 pharmaciens pour 100 000 habitants dans les DOM à 142 pour le Limousin.

Dans certaines zones rurales isolées ) ou villes sensibles, on commence à dénombrer des officines qui ne trouvent pas d’acquéreur. L’officine est une entreprise (cf. créer sa pharmacie), son activité est conditionnée par son équilibre financier et social. Sur la base d’un échantillon de 500 pharmacies, le cabinet KPMG constate qu’en 2006, les officines dont le C.A. était supérieur à 1 500 K€ représentaient près de 36% du total ; celles ayant un C.A. inférieur à 800 K€un peu plus de 13%. La moitié du C.A. est par conséquent le fait d’officines de taille moyenne.

Les officines de « centre commercial » se classaient majoritairement dans les officines ayant un C.A. supérieur à 1 500 €.